• Œuvre du musée
    Comparaison de l'emprise au sol d'une cité jardin "horizontale" et d'une cité jardin "verticale"

    Emprise au sol d'une cité jardin "verticale", l'Unité d'habitation de Marseille

    © Cité de l'architecture et du patrimoine, Musée des monuments français, Paris - Flajszer, Andres

    © Fondation Le Corbusier (Représentant(s) : Adagp)


    Numéro d'inventaire :
    2005.13.3.2
    Situation :
    Exposé
    Statut :
    Propriété de l’État, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français

    Auteur de l'oeuvre du musée :
    Auteur(s) :
    Marza, Fernando (concepteur), ETSAV (maquettiste)
    Datation :
    2007
    Précisions sur la création :
    Maquette réalisée dans le cadre de la politique de création de maquettes du MMF en vue de l'ouverture de la Cité de l'architecture et du patrimoine en septembre 2007.
    Auteur de l'édifice :
    Auteur(s) :
    Le Corbusier, (Charles-Édouard Jeanneret, dit), 1887, 1965 (architecte)
    Datation :
    1945-1952
    Dénomination :
    Maquette
    Matières et techniques :
    Technique(s) : Néant, Néant
    Dimensions :
    H : 130,4 cm ; l : 83,2 cm
    Echelle : 1/1000
    Description :

    Il s'agit d'une maquette analytique qui représente l'emprise au sol d'une cité jardin "verticale", l'unité d'habitation de Marseille, pouvant accueillir le même nombre d'habitants (environ 1600 personnes) qu'une cité jardin "horizontale" comme celle de la ville de Stains.
    Cette maquette est conçue afin d'être mise en comparaison avec la maquette de la cité jardin "horizontale" (2005.15.4.1).


    Mise à jour le :
    19/12/2017 15:40:01

    Édifice de référence
    Marseille - Unité d'habitation

    Localisation :
    Marseille, Bouches-du-Rhône, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, France
    Auteur(s) :
    Le Corbusier, (Charles-Édouard Jeanneret, dit), 1887, 1965
    Datation :
    1945-1952
    Précisions sur la réalisation :

    Commandée dès 1945 et construite entre 1947 et 1952 par Le Corbusier, l’unité d’habitation de Marseille est l’un des principaux chantiers expérimentaux lancés par le ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme.
    Ce projet est l’aboutissement des recherches menées par l’architecte dans l’entre-deux-guerres sur le logement et l’urbanisme des temps modernes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, pour préparer la Reconstruction, il crée l’Association des constructeurs pour la rénovation architecturale (Ascoral) qui mène les études sur le plan théorique. Il en exprime les idées dans les livres Les trois établissements humains (1945), Manière de penser l’urbanisme (1946) et Propos d’urbanisme (1946). En 1946, il fonde l’Atelier des bâtisseurs (ATBAT) qui produira les études architecturales et techniques et contrôlera les travaux.
    L’unité d’habitation est la pièce maîtresse de ce nouvel urbanisme. Il s’agit de construire « la maison des hommes », un immeuble de logements qui permette la vie en communauté, fondée sur la cellule familiale, et qui dispose de tous les services nécessaires pour offrir à chacun la possibilité de cultiver son corps et son esprit. La « Cité radieuse » de Marseille comprend 337 appartements pour 1 600 habitants environ ainsi que des commerces, des installations sportives, une école maternelle…